La cathédrale Notre-Dame-de-Kazan (en russe : Каза́нский кафедра́льный собо́р) est une église orthodoxe vouée à l’icône de Notre-Dame de Kazan et située sur la perspective Nevski à Saint-Pétersbourg. Elle a été construite de 1801 à 1811 par l’architecte Andreï Voronikhine1, sur l’ordre de l’empereur Paul Ier.

Architecture

Cathédrale de style néo-classique, son dôme culmine à 76 mètres et ses 96 colonnes, en hémicycle, rappellent un peu la Basilique Saint-Pierre de Rome. L’idée d’un « Saint-Pierre russe » en était d’ailleurs venue à Paul Ier lors d’un voyage que fit celui-ci à Rome2. Mais l’espace disponible obligea à tronquer la colonnade. Dans sa forme actuelle, le portique semi-circulaire évoque la basilique la Basilique San Francesco di Paola de Naples3

Dans les niches du portique figurent plusieurs statues en bronze :

La porte du portail nord a été exécutée par Vassili Ekimov, en parfaite réplique de celle de Lorenzo Ghiberti, pour le baptistère de Florence.

L’intérieur est orné de cinquante-six colonnes de style corinthien, en granit rose et le sol est recouvert d’une mosaïque en marbre de Carélie.

Histoire

 

Portrait de l’empereur Alexandre Ier et de Notre-Dame de Kazan.

La cathédrale a été construite à l’emplacement d’une église du xviiie siècle dédiée à la Nativité de la Vierge4. La construction du prestigieux bâtiment et son icône miraculeuse ont conféré à la capitale également une primauté religieuse5.

Après la victoire russe sur les armées napoléoniennes en 1812, la cathédrale devient un mémorial de la guerre contre les Français et un mémorial des généraux victorieux.

En décembre 2017, une tentative d’attentat de l’organisation État islamique contre la cathédrale est déjouée6

Un haut lieu de la contestation

Le , une manifestation étudiante a lieu devant la cathédrale et est durement réprimée. Depuis chaque année, une manifestation rituelle avait lieu sur la même place7. La manifestation devient alors un spectacle auquel assistent – à bonne distance – les badauds, qui attendent les cosaques.

Les funérailles du compositeur Tchaïkovski y ont eu lieu le  en présence de huit mille personnes.

En 1932 sous le régime communiste, elle devient un musée de l’athéisme, mais est partiellement rendue au culte en 1990. Le musée de l’athéisme déménage en 2000 et se nomme désormais le musée d’Histoire des Religions. L’église est rendue au culte en 2001.

Notes et références

  1.  Berelowitch 1996p. 307.
  2.  Berelowitch 1996p. 309.
  3.  Mario PrazGusto neoclassico, Milano, 1974, p.212
  4.  Berelowitch 1996p. 160.
  5.  Berelowitch 1996p. 264.
  6.  Agence France-Presse, « Un attentat de l’Etat islamique déjoué en Russie grâce à des renseignements américains » [archive], sur lemonde.fr (consulté le 31 décembre 2019)
  7.  Berelowitch 1996p. 367.

Bibliographie

  • Wladimir Berelowitch et Olga MedvedkovaHistoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, coll. « Histoire des grandes villes du monde », , 480 p. (ISBN 978-2-21359601-3)
  • Saint-Pétersbourg, Paris, Hachette, 2006, p. 170

Voir aussi