Face à l’hécatombe des abeilles et des oiseaux, pour protéger aussi les mers, en danger, Nicolas Hulot va détailler, cet après-midi, le plan d’action du gouvernement pour la biodiversité.

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot Crédits : ludovic MARIN / AFP – AFP

Abeilles décimées, campagnes vidées de leurs oiseaux : Le gouvernement se penche, aujourd’hui, au chevet d’une biodiversité qui « se meurt en silence » : C’est l’alerte qu’avait lancée, en mai, à Marseille le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, en annonçant ce plan dont le contenu doit être dévoilé et chiffré, cet après-midi. Pour signifier l’ampleur de l’engagement, Edouard Philippe annoncera les mesures entouré de plusieurs ministres, dans la Grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle. Objectif : zéro artificialisation des sols. Plus question de construire des centres commerciaux, des routes ou des lotissements sur des zones naturelles ou agricoles, sans compenser et créer de nouveaux espaces naturels. C’est ce qu’explique, ce matin, Nicolas Hulot, dans un entretien au Parisien. Le ministre veut également en finir, d’ici à 2025, avec les rejets de plastique dans l’océan, ce qui inclut la suppression progressive de 12 produits en plastique comme les pailles, souvent retrouvées sur les plages et en mer. « 40% des espèces vivantes auront disparu au milieu du siècle prochain si l’on ne fait rien » explique Nicolas Hulot. Mais ce nouveau plan de sauvetage pourra-t-il dépasser le constat dramatique et répondre efficacement à cette crise ? Enjeux décryptés par Véronique Rebeyrotte. 

Classement de 6 899 espèces présentes en France évaluées par l'UICN, dont 2244 sont considérées comme menacées
Classement de 6 899 espèces présentes en France évaluées par l’UICN, dont 2244 sont considérées comme menacées Crédits :Simon MALFATTO, Paz PIZARRO / AFP – AFP

Nicolas Hulot dément les rumeurs qui le donnent sur le départ : Nicolas Hulot, qui semble toujours tiraillé entre ses amis écologistes d’hier qui l’incite à quitter le gouvernement et la défense de son action politique, réfute, ce matin, toute velléité de quitter le gouvernement. Analyse d’Anne Fauquembergue.