Culture et Voyages

Car l'un ne va pas sans l'autre !

Le Franc Tireur

Der Freischütz Écouter (op. 77) (Le franc-tireur) est un opéra allemand (singspiel) en trois actes de Carl Maria von Weber, qui connut un triomphe lors de sa première le  au Königliches Schauspielhaus de Berlin.

Considéré aujourd’hui comme l’un des premiers opéras romantiques avec Fidelio de Ludwig van Beethoven (1805), son livret fut écrit par le poète Johann Friedrich Kind (de) d’après un conte populaire germanique (dans la version publiée en 1811 dans Das Gespensterbuch), et une première ébauche de Weber et d’Alexander von Dusch.

Historique

C’est lors d’un séjour en 1810 au château de Neubourg que Weber, impressionné par la récente création du Fidelio, premier (et unique) opéra de Beethoven, arrête son choix sur le conte Des Jägers Braut comme sujet d’opéra1. Mais d’autres engagements l’accaparent et ce n’est qu’en 1816 qu’il demande au poète Johann Friedrich Kind d’en tirer un livret. La composition commence en .

Créée le  à Berlin2, en raison de tensions politiques à Dresde où Weber est officiellement en poste, l’œuvre rencontre un succès immédiat, qui se propage rapidement dans toute l’Europe et devient le symbole de la naissance de l’opéra romantique allemand. Parmi les nombreux artistes qui ont été influencés par Der Freischütz figure le jeune Richard Wagner, qui sera considéré par beaucoup comme le successeur de Weber. Claude Debussy dira sa franche admiration pour sa « belle ouverture » : « L’agencement sonore de cette ouverture est stupéfiante et le retour du ton d’ut majeur (ton initial) est une de ces émotions que l’on retrouve aussi violentes, aussi nouvelles. Il n’y a pas à dire, c’est bon teint, et ça ne s’use pas. »3

La création de la version française a lieu au théâtre de l’Odéon le  dans une adaptation de Castil-Blaze et Thomas Sauvage – très éloignée de l’original – intitulée Robin des Bois ou les Trois Balles, et qui sera reprise régulièrement par la suite, notamment à l’Opéra-Comique le  et au Théâtre-Lyrique le .

La création parisienne de la version originale en allemand a lieu, quant à elle, au Théâtre-Italien (salle Favart) le  par une troupe allemande qui permet au public parisien de découvrir également les deux autres chefs-d’œuvre de Weber, Euryanthe (1823) et Oberon (1826).

 

Une deuxième version française, plus fidèle, est réalisée en 1841 par Hector Berlioz et Émilien Pacini pour l’Opéra de Paris sous le titre Le Freyschütz. Pour le ballet du deuxième acte de cette représentation, exigé par la forme « grand opéra » imposée par la « Grande Boutique »4, Berlioz orchestre l’Invitation à la danse de Weber, refusant d’écrire lui-même la musique de ce ballet et restant fidèle à l’écriture du compositeur du Freischütz, même si l’on y reconnaît les couleurs du « Bal » de la Symphonie fantastique5.

Cependant, la représentation de l’opéra sera peu renouvelée en France ensuite, sauf en 1913 et 2011 au Théâtre des Champs-Élysées6 et 7, après le Théâtre de Caen au printemps 20198,9, ainsi qu’à l’Opéra de Rouen les 15 et 10,11. D’autres scènes proposeront néanmoins des versions diverses de ce spectacle comme l’Opéra national du Rhin12 ou l’Opéra de Limoges13.

Argument

Fichier audio
Ouverture
MENU
0:00
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Des difficultés à utiliser ces médias ?

L’intrigue se passe en Bohême vers 1648, juste après la guerre de Trente Ans14.

Max, jeune garde-chasse du Prince, considéré comme le meilleur tireur des environs, se désole car il vient de perdre un concours de tir, où a triomphé un simple paysan, Killian. Max aime Agathe, la fille du garde forestier Kuno. Il voudrait gagner le concours de tir du lendemain dont l’enjeu est la nomination du nouveau garde-chasse et obtenir ainsi la main d’Agathe. Son ami Kaspar le forestier a vendu son âme au maléfique Samiel et pour être sauvé, Kaspar doit lui amener une nouvelle proie. Kaspar, acculé, propose d’en fournir une par l’infortuné Max. Pour réussir son concours, Max accepte que Kaspar lui fournisse des balles magiques, sans savoir qu’il est l’enjeu de Kaspar et la proie du maléfique Samiel. Agathe est inquiète bien qu’Ännchen (Annette) la rassure ; Max arrive puis la quitte sous prétexte d’aller chercher un cerf qu’il a tué dans la Gorge-au-loup. Au milieu de visions terribles et de bruits étranges, Kaspar prépare sept balles pour Max, mais la dernière obéira à la volonté de Samiel, ce que Max ignore. Agathe prie et se prépare à épouser Max ; elle fait des cauchemars, mais une fois encore, Ännchen la réconforte. Max surprend tout le monde lors du concours de tir. Le prince lui ordonne de tirer sur une colombe blanche avec la septième balle. Agathe sort du bosquet où se trouve la colombe et lui crie de ne pas tirer. Max tire, la colombe s’envole et Agathe tombe inanimée. Heureusement elle n’est pas morte car un ermite a détourné le coup sur le sinistre Kaspar qui meurt en blasphémant. Max avoue avoir participé au pacte avec le diable en acceptant la fourniture des balles magiques par désespoir et faiblesse et le Prince lui impose un délai d’un an avant de pouvoir épouser Agathe.

Personnages

Les personnages sont les suivants15 :

  • Ottokar, duc de Bohême (baryton)
  • Kuno, forestier (basse)
  • Agathe, sa fille (soprano)
  • Ännchen, jeune cousine d’Agathe (soprano)
  • Kaspar, jeune chasseur (basse)
  • Max, jeune chasseur (ténor)
  • Samiel, le chasseur noir (rôle parlé)
  • Un ermite (basse)
  • Kilian, riche fermier (baryton)
  • Quatre servantes (sopranos)
  • Chasseurs, paysans, servantes, courtisans (chœur)

Composition de l’orchestre

 

Instrumentation de Der Freischütz
Cordes
premiers violonsseconds violonsaltos,violoncellescontrebasses
Bois
flûtes, 2 hautbois,2 clarinettes, 2 bassons,
Cuivres
cors, 2 trompettestrombones,
Percussions
timbales

 

Discographie sélective

Anecdotes

  • Au début du film Captain America : First Avenger, le personnage de Crane Rouge est vu en train d’écouter dans son bureau cette musique, dont l’histoire peut faire écho à son propre sort à l’instar du personnage qui a vendu son âme au diable. Ici, c’est son visage qui est déformé à la suite d’une expérience scientifique en vue de devenir un surhomme.
  • Dans le film français Intouchables, c’est un extrait de Der Freischütz (acte 1, Nein, länger trag’ ich nicht die Qualen) que l’on peut voir dans la scène où les deux protagonistes sont à l’opéra avec « un arbre qui chante en allemand ».
  • Un extrait de l’ouverture de Der Freischütz servit pendant 46 ans de générique à l’émission radiophonique hebdomadaire d’André CastelotAlain Decaux de l’Académie Française et Jean-François ChiappeLa Tribune de l’Histoire, réalisée par Alain Barroux avec le concours de Charles Bassompierre et de Claude Herval. Diffusée initialement le mercredi soir à 20 h 30, successivement sur les ondes de la RTF (Paris Inter), de l’ORTF (Inter-Variétés), puis de Radio-France (France Inter), elle demeure une production comptant parmi les émissions ayant connu la plus grande longévité sans interruption.
  • Der Freischütz est souvent cité dans Hellsing Ultimate par le Major. Il est aussi chanté par Rip van Winkle durant la scène du porte-avion.
  • Un extrait de l’ouverture de Der Freischütz est la mélodie principale de Stupeflip Vite !!!, morceau de l’album The Hypnoflip Invasion du groupe Stupeflip.

Bibliographie

Ouvrages généraux

Monographies

Articles & analyses

Liens externes

Notes et références

  1.  « Der Freischütz de Carl Maria von Weber – Vue globale – Ôlyrix » [archive], sur Olyrix.com (consulté le )
  2.  « « Le Freischütz » de Carl-Maria von Weber » [archive], sur France Musique (consulté le )
  3.  Gil Blas,  (Monsieur Croche et autres écrits, collection L’imaginaire, Gallimard, édition 1987, page 93)
  4.  Surnom donné à l’Opéra de Paris par un Verdi excédé par la direction qui prend fait et cause contre lui dans un accrochage avec les musiciens de l’orchestre.
  5.  L’Invitation à la danse de Carl Maria von Weber orchestrée par Berlioz pour le Freischütz sur le site hberlioz.com (Lire en ligne) [archive]
  6.  https://www.francemusique.fr/emissions/la-chronique-de-roselyne-bachelot/der-freischutz-de-carl-maria-von-weber-77488 [archive]
  7.  https://2020.theatrechampselysees.fr/la-saison/opera-mis-en-scene/le-freischutz [archive]
  8.  « der freischütz | théâtre de caen » [archive], sur theatre.caen.fr (consulté le )
  9.  « Alchimie sonore et visuelle du Freischütz à Caen – Actualités – Ôlyrix » [archive], sur Olyrix.com (consulté le )
  10.  « Der Freischütz » [archive], sur Opéra de Rouen (consulté le )
  11.  « Au Théâtre des Champs-Élysées, “Der Freischütz” fait long feu » [archive], sur Télérama (consulté le )
  12.  « Der Freischütz » [archive], sur Opéra national du Rhin (consulté le )
  13.  « L’unijambiste | Der Freischütz » [archive] (consulté le )
  14.  « Der Freischütz (Œuvre – Carl Maria von Weber/Johann Friedrich Kind) | Opera Online – Le site des amateurs d’art lyrique » [archive], sur www.opera-online.com (consulté le )
  15.  https://pad.philharmoniedeparis.fr/0761960-der-freischutz-de-carla-maria-von-weber.aspx [archive]
  16.  « Carlos, tireur hors pair | Forum Opéra » [archive], sur www.forumopera.com (consulté le )

© 2022 Culture et Voyages

Thème par Anders Norén